Aurélie, co-fondatrice de Flawless Yoga, maman de Joy, 3 mois.


Aurélie porte le sweat Grand Cœur, de la capsule Boum Boum.

 

Aurélie sourit comme elle respire. Et cette yoga mama en connaît un rayon sur l’art de la respiration. Co-fondatrice du projet Flawless Yoga, elle partage son art de vivre avec une simplicité aussi fluide que son énergie. Dans la vie et sur son compte Instagram Love.Eat.Smile. Ses classes de yoga vinyasa, elle les accompagne d’une playlist 100% hip-hop et R&B. Une alliance de tradition ancestrale et de modernité où Franck Ocean, Beyoncé et Kendrick Lamar ont toute leur place. A regarder sa fille de 3 mois, on a comme l’impression que Joy capte à merveille ses bonnes ondes.#peacefulbaby. On lui a posé des questions sur sa toute nouvelle maternité, ce qu’elle vient chambouler, ce qu’elle dit de la femme qu’elle est. Et ce que la maternité a changé sur sa pratique et son enseignement du yoga. On vous laisse méditer sur ses mots… rafraîchissants. 

Avant d’avoir un enfant, comment fantasmais-tu ta maternité ?
Avant d’avoir Joy, je n’avais pas un fantasme de la maternité mais plutôt une crainte, tant on m’a dépeint une aventure fatigante et très bouleversante. Au final, le fantasme c’était la réalité de ma grossesse : très cool et dynamique.

C’était quand où et comment la première fois que tu t’es dit : Je veux un enfant ! ?
Je crois que la première fois, c’est quand j’ai commencé à discuter du sujet de la parentalité avec mon compagnon. Avant cela, je n’y pensais pas vraiment. On se promenait dans un parc et il a amené le sujet, j’ai été agréablement surprise et donc enjouée. 

Enceinte de votre fille, quelle.s question.s tournaient en boucle dans ta tête ?
« Vais-je être suffisante pour son bonheur ? ». Je n’ai pas cessé de m’inquiéter sur ma capacité à être une bonne mère. C’est fou car se poser cette question, c’est laisser peu de place à la réalité : tout ce que je fais et ferai pour elle sera plus que suffisant ! 

Aujourd’hui, maman, tu te définirais comment ? 
Gaga, débordée. Et heureuse !

Complète cette phrase : « Tu sais que tu es parent quand… »
…Prendre sa douche devient un spectacle pour bébé #regardemamanestlà

 

« On ne forme plus ce duo qu’on a toujours été. On devient responsable d’un petit être et au début, selon moi, on oublie l’autre même si l’amour est toujours là. »

 


Aurélie porte la robe Rita Bordeaux.

 

Quelle place a le yoga dans ta maternité ?
Une énorme place bien que différente actuellement. Pendant la grossesse c’était le nuage de déconnexion. Aujourd’hui, en tant que jeune maman, avant même d’être professeure de yoga, j’apprends à réapprivoiser ma pratique ! C’est fou et marrant, des choses qui étaient devenues « faciles » sont maintenant plus complexes à réaliser. Car mon corps se remet de ses émotions et j’articule autour de ça.

Selon toi, qu’est-ce qui change le plus dans le couple quand on devient parent ? Et quel aspect est le moins facile à gérer  ?
Ce qui change le plus, c’est la vie d’amoureux ! On ne forme plus ce duo qu’on a toujours été. On devient responsable d’un petit être et au début, selon moi, on oublie l’autre même si l’amour est toujours là. C’est particulier comme évolution pour le couple. L’aspect le moins facile à gérer, c’est le rôle de chacun et la communication qu’il y a autour. Que fait le papa, comment travaille t-il en équipe avec la maman autour de ça… ? Ce n’est pas évident. 

Tu as gagné quoi depuis que tu es maman ? Et perdu quoi ? (mis à part des heures de sommeil !)
J’ai gagné en souplesse d’esprit, moi qui suis une contrôle freak. Avec ma fille, j’ai compris que je n’étais pas maîtresse du temps et que mon organisation de mère dépendait davantage d’elle que de moi. Et c’est une belle leçon. En plus du sommeil, j’ai perdu de l’intérêt pour les « petites histoires d’amie.s » inutiles. Avant, je donnais facilement mon énergie aux personnes qui ne le méritent  pas. J’aime l’idée de contribuer au bien-être de mes amies, à leur bonheur. C’était donc difficile de prendre le bon recul. Aujourd’hui si Joy va bien je vais bien, et si mes amies vont bien, c’est cool. Mais si on me cherche des histoires pour rien, je m’en ficherais plus facilement. C’est peut-être bête dit comme ça, mais c’est une des meilleures choses pour moi.

 

« Avec ma fille, j’ai compris que je n’étais pas maîtresse du temps et que mon organisation de mère dépendait plus d’elle que de moi. Et c’est une belle leçon. »

 


Aurélie porte le sweat patch Amazing Mum.

 

3 choses indispensables que tu as envie de transmettre à ta fille pour devenir une jeune adulte incroyable ? 
La persévérance ! On est dans un monde de plus en plus dur qui ne diffuse pas forcément les bons messages, surtout aux jeunes filles et aux femmes, malheureusement. La joie de vivre également. Chaque moment de notre vie peut devenir le meilleur si on voit plus souvent le verre à moitié plein. Et enfin la patience : tout vient à point à qui sait attendre. Toujours.  

Il y a des livres, des gens, des films, des rencontres qui t’ont inspiré dans ta vie de parents ? (On prend !)
Des rencontres déjà, des mamans avec qui je me sens à l’aise pour partager mon quotidien de jeune maman. Les sages-femmes qui m’ont accompagnée dans l’aventure de jeune maman dès les premiers instants.  Elles ont été d’une gentillesse extraordinaire et un soutien qui m’a bien aidée psychologiquement. Sur Instagram, le groupe de jeunes mamans  @loma_club, par Josepha Rapahard  est vraiment top !

La maternité a-t-elle changé le rapport que tu as à ton job. Et de quelle manière ?
Oui, elle a changé beaucoup dans mon rapport avec le yoga en pratique et comme enseignante également. Depuis la naissance de ma fille et mon retour sur le tapis de yoga, je suis encore moins regardante sur ma « performance ». Le yoga c’est une union, un rapport à soi qui évolue constamment. En ce moment, j’en suis à cette phase où je bouge pour me détendre, souffler un coup, avoir un moment hors du temps. Et puis je réapprends à tout reconstruire. Du coup, je le fais dans mes cours avec mes élèves. 

Qu’est-ce tu te jurais de ne jamais faire en tant que mère et auquel tu n’as pas réussi à échapper ?
À ma grande surprise je ne m’étais rien jurée si ce n’est de ne pas accaparer les conversations avec des anecdotes de ma fille. Mais c’est râpé depuis ! 

 

« Depuis la naissance de ma fille et mon retour sur le tapis de yoga je suis encore moins regardante sur ma « performance ». Je réapprends à tout reconstruire. »

 

Qu’est-ce qui t’étonne le plus chez ton bébé ?
Oh tellement de choses ! Elle est très éveillée, et ça me fascine. Je vois le monde à travers ses yeux et je trouve ça magique comme aventure. 

Tu te vois où et comment, en famille, dans 5 ans ?
Pas à Paris, je pense. Une belle ville, pas loin de l’eau, la mer ou l’océan.  Joy aura 5 ans et sera, je l’espère,  la plus heureuse avec nous. Aura-t’elle une petite sœur ou petit frère ? Je ne sais pas !..  Je me vois aussi, peut-être, avec mon studio qui proposera du yoga hip hop et des activités dédiées aux familles aussi. Et avec un nouveau chien en plus de celui qui nous accompagne, un compagnon heureux et toujours aussi complice… Bref heureux ensemble ! 

0 commentaires

Laissez un commentaire