Béya, maman de Ayoub 6 ans et demi

Béya, maman de Ayoub 6 ans et demi

Béya se décrit comme une femme entière. « Quand j’aime quelqu’un, je donne tout. Je pense avoir beaucoup d’énergie ! »
Elle vit dans le 9ème à Paris, tout près de la rue des Martyrs. Petite fille, Béya rêvait de devenir astronaute ou égyptologue. Aujourd’hui, elle est associée dans un cabinet de conseil en gestion privée.

Maman poule ou maman cool, Béya est un peu les deux. Pour elle, être mère, c’est une évidence. « Nous nous demandons souvent, son père et moi, comment nous faisions avant. Notre vie était vide ! Je suis fan de mon fils, très protectrice. Je regarde déjà de près les potentielles amoureuses et leurs mamans…
 Je suis une maman jeune, nous adorons aller ensemble dans des parcs d’attractions, faire du manège, aller au théâtre, ou encore faire des jeux de sociétés. Nous dansons très souvent à la maison, on chante dans la voiture. Ayoub me raconte ses histoires de cœur, ses brouilles avec ses amis, ses bêtises à l’école sans avoir peur, mais en attendant des conseils. »

Béya est fille unique. Son père tenait à ce qu’elle soit brillante à l’école pour s’en sortir. « J’ai eu une enfance stricte par mon père et beaucoup plus souple du côté de ma mère. Mes parents m’ont transmis des valeurs de travail et de respect assez poussées. Mon père était entrepreneur. Selon lui, pour réussir, il fallait soit être médecin soit monter sa boîte, il n’y a avait pas d’autres possibilités. Mais il fallait surtout que je sois dans les trois premiers de la classe. Jusqu’à mes études en école de commerce il voulait savoir à quel rang je me situais. Je ne sais pas si c’est grâce à ça, mais il a énormément contribué à la personne que je suis aujourd’hui. »
maman cool - émoi émoi

Je demande à Béya si cette quête d’excellence n’a pas été trop dure à porter. Elle me répond qu’elle est reconnaissante, car sans cette impulsion elle n’aurait pas fait autant d’efforts. 
C’est pourquoi elle transmet à son fils le goût du travail bien fait. « Dans l’école d’Ayoub, un classement des élèves ayant le mieux réussi leurs exercices est fait toutes les semaines. Il veut être dans les premiers. Tous les lundis, il part à l’école avec en lui, un sentiment de bataille. Le vendredi soir, nous avons un petit rituel. S’il est dans les trois premiers il a un cadeau, une sortie loisir ensemble par exemple. Il en est très heureux. Ayoub fait beaucoup de sport, comme du judo et du tennis et fait de la musique. Il joue aussi aux échecs. C’est un petit garçon qui déborde d’énergie. »
Béya souhaite aussi l’élever dans la douceur et l’échange. Ils discutent beaucoup ensemble. « Je lui explique que, je veux juste qu’il donne le meilleur de lui-même. Pour moi, le rang est secondaire. »

A quoi ressemble le quotidien de Béya ? A un tourbillon de vie organisé « Je prends mon petit déjeuner avec mon fils à 7h30, puis c’est l’école, le bureau, les devoirs. J’essaie d’honorer un déjeuner par semaine et deux dîners dans le mois avec des copines, un dîner dans la semaine avec mon mari et des amis. J’essaie de courir deux soirs par semaine et une fois le week-end. Le vendredi soir c’est dîner italien en famille tous les trois à la maison avec un éclair au chocolat de chez l’éclair du génie. »

Béya, parle-nous du papa… « Julien est très aimant et très présent. C’est un père à l’écoute de son fils. Il travaille beaucoup et compense ses horaires par des week-end entiers à s’occuper d’Ayoub. Ils font des choses ensemble, entre garçons comme dit Ayoub. Quand je suis en déplacement, ils se font des dîners garçons. Ils ont une très belle intimité, rien qu’à eux. »

Pour Béya, « la maison du bonheur a beaucoup de fenêtres pour avoir beaucoup de lumière. Je veux qu’il y ait des enfants. De la vie, des couleurs, plein de jouets. Des sourires. Une maison lumineuse apporte la vie. » Et des désirs pour l’avenir ? « Être en bonne santé, c’est très important. Voyager ensemble, ce sont des moments privilégiés pour nous. On se retrouve. Et puis, plein de sourires et de rires. Notre plus beau prochain projet : agrandir la famille ! »

0 commentaires

Laissez un commentaire