Florence 33 ans, maman poule de Alix 3 ans et demi et de Victoire 18 mois

Florence 33 ans, maman poule de Alix 3 ans et demi et de Victoire 18 mois

Florence vit à Boulogne Billancourt. Elle est professeur de physique-chimie au lycée. Si vous lui dites que vous détestiez cette matière elle vous répondra : « Dommage, vous n’avez pas eu les bons profs ! »

Son leitmotiv ? « Depuis que nous avons appris durant la grossesse de Victoire son agénésie, nous avons réalisé que nous ne savons pas ce que demain nous réserve. La vie est bien trop courte, profitons de chaque instant et vivons les à 100%. »

Une maman poule.

« Je suis une maman poule, sans hésitation. Je suis toujours inquiète. J’ai peur qu’il leur arrive quelque chose. Quand je suis au parc, par exemple, je suis toujours derrière elles, de peur qu’elles ne tombent du toboggan. J’aime m’occuper d’elles. Nous jouons beaucoup toutes les trois. Elles sont très demandeuses. »

Alix, Victoire, raconte-nous le choix de leurs prénoms : « Pour Alix, nous avions envie d’un prénom court, classique, et pas trop donné. Nous avons fait une liste chacun de notre côté et Alix est le prénom qui est resté. Pour Victoire, c’est apparu comme une évidence. Quand nous avons appris, lors de l’échographie, que Victoire n’aurait pas de main gauche et seulement une partie de son avant-bras, nous sommes repartis tous les deux en nous disant que si c’était une fille, on l’appellerait Victoire. Nous avons découvert le sexe de nos enfants à la naissance. Nous avons hésité un moment, pensant que c’était peut-être trop, mais finalement c’est bien Victoire qui est là ! »
Famille Vial- émoi émoi- Choix 1 (6)

Alix et Victoire, deux soeurs très proches.

Florence a deux filles aux caractères très différents. « Alix est une vraie pipelette. Elle parle énormément. Elle est entrée dans la phase des pourquoi. C’est une petite fille très curieuse qui adore lire. Alix aime lorsque la famille est réunie. Elle tient énormément à sa petite soeur et ça nous touche beaucoup. Victoire, du haut de ses dix-huit mois, a déjà un bon caractère. Elle sait ce qu’elle veut. Victoire adore Alix. C’est : Jamais sans ma soeur ! Elle ont une très belle complicité. Leur père et moi espérons que ça durera. »

Je demande à Florence comment, en tant que mère, elle a vécu l’annonce de l’agénésie de Victoire : « Nous l’avons vécue différemment avec mon mari. De mon côté, je n’ai pas voulu regarder sur internet. Je voulais attendre l’échographie suivante. Pour confirmer le diagnostic tout d’abord, et puis pour voir si il n’y avait pas autre chose. Je voulais un avis médical pour pouvoir ensuite en parler. Mon mari, lui, a fait la démarche inverse. Il a fait des recherches, ce qui nous permis de contacter une association, l’ASSEDEA, qui regroupe des familles concernées et dont le parrain est Grégory Cuilleron, le cuisinier de Top Chef. Ce sont eux qui nous ont beaucoup aidés. Grâce à eux, nous avons pu entrer en relation avec des parents qui ont des enfants comme Victoire. Ils nous ont rassurés. Nous expliquant que Victoire est une enfant comme les autres, qui va grandir comme les autres et c’est vrai. Cette rencontre m’a permis de vivre la fin de ma grossesse le plus sereinement possible. Depuis que Victoire est née, cela nous permet de tout relativiser. »

L’éducation, la valeur du travail et la passion du tricot.

Devenir mère a changé Florence. Notre maman poule ne savait pas qu’on pouvait autant aimer. « J’ai adoré être enceinte, je n’ai qu’une envie, recommencer ! Les premiers mois j’ai toujours eu des nausées très désagréables, mais je garde un excellent souvenir de mes grossesses. J’adore porter un bébé dans mon ventre, le sentir, lui parler. »

Lorsque nous abordons le sujet de l’éducation, Florence évoque la valeur du travail bien fait et avec amour que lui ont transmis ses parents. Je lui demande si elle compte élever différemment ses deux filles. « Nous avions très peur de surprotéger Victoire, et de laisser, de fait, Alix de côté. Je fais attention à Victoire même si je me rends compte qu’il faut que je la laisse se débrouiller. Nous  essayons de ne pas réfléchir à sa place en pensant qu’elle ne pourrait pas faire telle ou telle chose, Victoire trouvera une manière d’y arriver. »

A ses heures perdues, Florence tricote. « C’est devenu une drogue ! Ma mère, m’a appris à tricoter petite. J’ai repris en étant enceinte d’Alix, il y a 4 ans. Je tricote des pulls, des bonnets, des gilets. J’aime faire du sur-mesure pour Victoire, des vêtements adaptés à son petit bras. Je tricote tous les jours, notamment dans le métro. A la naissance de Victoire, j’ai ouvert un compte sur instagram pour poster des photos des filles et de tricots. »

Des souhaits pour l’avenir ?

« Une famille unie, très heureuse, avec un autre petit bébé. Une belle fratrie. »
Famille Vial- émoi émoi- Choix 1 (5)


Sweats Maman Poule ou Maman Cool rêvés à Paris et créés au Portugal : 95% coton 5% polyamide, 80€, existent en caramel, marine, ivoire et kaki, du XS au XXL, en exclusivité sur émoi émoi

0 commentaires

Laissez un commentaire