Kate ou l’hyperemesis gravidarum

Kate Middleton enceinte, l'hyperemesis gravidarum

Lorsque j’ai lu que Kate, alias la duchesse de Cambridge, souffrait de violentes nausées matinales et qu’elle annulait ses visites officielles, je me suis dit que j’allais écrire un billet sur le sujet.

Mon idée était de vous dire que je n’étais pas franchement émue de son état.

En effet, ayant moi même souffert de cet abominable mal de mer lors de mes deux grossesses et cela durant 4 mois (voire plus), je me disais qu’une femme de son rang n’était pas à plaindre.

Quand on a  une armada de domestiques à son service, les nausées sont plus douces, les vomissements moins pénibles, non ?

Une nurse pour baby George, un médecin personnel aux petits soins, des femmes de chambre, un coiffeur, des stylistes, des maquilleurs, des conseillers. Bref, pas de trop de stress Kate ?

Et puis je me suis renseignée.

Hyperemesis Gravidarum.

Hyper = excès
Emesis = vomissement
Gravidas = grossesse

Voilà un charmant petit aperçu décrit par le Huffington post : « Ces symptômes sont nausées et vomissements bien sûr, mais aussi déshydratation, constipation, déséquilibre des niveaux d’hormones dans l’organisme, hémorragie sous-conjonctivale (dans l’oeil), hallucinations, vertiges ou encore attention amoindrie aux mouvements. Si l’on sait traiter cette pathologie, on en connait pas l’origine avec certitude. »

J’ajoute qu’elle pourrait perdre jusqu’à 5% de son poids et que le tout conduit généralement à une dépression.

Bien.

Quand on est malade, quand on a le teint verdâtre et la tête dans la cuvette. Des cernes abyssales sous les yeux, le cheveu terne et le corps mou, la seule chose que l’on désire est de s’enfermer dans sa chambre et de n’en sortir que 3 mois plus tard.
Se faire oublier.
En un mot et quelle que soit la saison : hiberner.

En cas d’urgence, si une sortie ou le boulot s’impose, les connaissances seront indulgentes.

Mais elle, Kate, n’a pas le droit à cet oubli éphémère. Quand on sait que le moindre de ses cheveux blancs provoque un tollé planétaire, on imagine l’épreuve que représente une sortie ou pire un voyage officiel.

Si lors de mon premier trimestre de grossesse on m’avait imposé le même exercice, le résultat aurait été navrant !

Alors je présente mes plus plates excuses à la duchesse de Cambridge. Même avec mes roturières nausées de grossesse, je ne l’aurais pas fait, ce voyage à Malte !

Je soutiens la retraite de son altesse royale dans ses appartements de Kensington et dans sa maison paternelle. Qu’elle n’en sorte que lorsqu’elle se sentira plus forte !

(PS : Ses nausées seraient-elles décuplées par une hypothétique gémellité ? Vous y croyez ?)

Kate Middleton's complicated pregnancy

0 commentaires

Laissez un commentaire