Rencontre avec Angélique, la créatrice de Padam Padam

IMG_3809 copie (1)

On n’en est pas à notre première collab avec Padam Padam : c’est parce qu’on est complètement fan d’Angélique et de ses doigts de fée. Pour nous, elle revient sur les origines de la marque de bijoux qui monte qui monte et se livre un peu sur sa vie de maman cool.

Padam Padam Padam… Qui d’entre nous n’a jamais fredonné cette mélodie, se prenant pour Edith Piaf ? Certainement pas Angélique, qui petite, voulait être chanteuse ! Quand en dernière année de la prestigieuse Ecole Camondo, elle décide de se lancer, soutenue par son amoureux (aujourd’hui son mari et le papa de leur fils Jacques, bientôt 3 ans), ce n’est pas pour s’inscrire à The voice, mais pour créer sa propre marque de bijoux. Pourquoi Padam Padam ? « Cet air de la môme résonne en moi comme un battement de cœur. A une sonorité près, Padam c’est aussi Paname : je voulais un nom qui sonne 100% parisien. »

les mots doux

Dès ses débuts en 2011, la marque se fait connaître par ses « perlisiennes », joyeuses réinterprétations des lieux mythiques de Paris, puis très vite pour ses bijoux personnalisables, réalisés à la main, fruits d’un savoir-faire artisanal. Pour cela, elle fait venir la crème du plaqué or des Etats-Unis – du gold filled 14 carats – qui permet aux femmes multi-actives de ne pas retirer leur bijou à chaque fois qu’elle se lave les mains ou celles de leurs enfants (et accessoirement de ne pas le perdre.) C’est ensuite dans son atelier de Versailles, avec son associée Astrid, qu’elle transforme la matière en bracelet, collier ou bague parfois sous l’œil admiratif des clients qui la voient tordre la matière pour confectionner un bijou unique fait pour eux. Maman, amour, bonheur…, Angélique ne compte plus les mots qu’elle écrit chaque jour.

Lavie est belle-3

Il me tarde de lui demander comment elle réussit à concilier vies perso et pro. Angélique a la chance d’avoir un mari indépendant comme elle qui la comprend et qui peut aussi gérer ses horaires comme il le souhaite. Ce n’est pas leur adorable Jacques qui va s’en plaindre ! Et du temps pour toi, tu en trouves ? « J’ai repris le modern jazz, 1h30 par semaine, ça me fait un bien fou ! ». Quelle maman es-tu ? « Maman cool tous les jours. Maman poule quand il le faut. » Que souhaites-tu transmettre à votre fils ? « L’ouverture d’esprit et la créativité. »

La rencontre avec émoi émoi, c’était une évidence. (Pour nous aussi.) Les deux marques et leurs fondatrices partagent la même exigence de qualité et se retrouvent dans une vision happy de la vie de famille. La maison du bonheur selon Angélique ? Un feu de cheminé, une grande famille, des amis, un jardin, beaucoup de joie et de bonne humeur. Ha oui, j’oubliais l’essentiel : du champagne et des bonbons sur un fond de Jamaica (I think I like U2) ! On peut venir le week-end prochain ?

Par Malo / Portraits

0 commentaires

Laissez un commentaire