Sylvain, 51 ans, papa poule de Noah 6 ans et de Anna 4 ans 1/2

Sylvain, 51 ans, papa poule de Noah 6 ans et de Anna 4 ans 1/2

Un papa poule

Pour Sylvain, devenir père était une évidence. Il a toujours eu envie de l’être, de le devenir. « J’ai pris mon temps pour le faire ! J’ai eu mon premier enfant à 45 ans. J’ai profité pleinement de mes années sans enfant. Quand on a des enfants jeunes, on est libéré plus tôt. A contrario quand on les a tard, on vieillit en ayant des enfants très jeunes. Quand Noah aura 20 ans, j’en aurai 65. J‘aurai beaucoup plus de mal à courir avec lui ! Je suis un papa gâteau. Un vrai Papa Poule. Encore une fois, je pense à mon âge. Je prends du recul, je suis plus détendu, plus enclin à accepter des choses pour lesquelles je n’aurais pas cédé en étant plus jeune. »

Sylvain est le père de deux enfants, Noah est l’aîné, Anna la seconde. « Ils ont des caractères opposés, et des attentes différentes. Noah est plus carré, plus structuré. Anna est plus solaire, elle prend tout avec légèreté. Chez Noah les choses sont plus graves. Anna est toujours de bonne humeur. Mis à part les matins où il faut aller à l’école ! Noah est un enfant plus introverti. Il se livre, mais il lui faut plus de temps. »
portrait sylvain

Ses métiers passions, de la mécanique à l’horlogerie

« J’ai fait beaucoup de métiers. Ma carrière a commencé par un CAP de réparation automobile, il y a très longtemps maintenant. Mes grands-parents tenaient un garage et une station essence. Comme tous les petits garçons je rêvais de voitures. Mais j’ai compris assez rapidement, que ce n’était pas ma voie. J’aime regarder les voitures et les conduire, les réparer, c’est autre chose ! J’avais des aptitudes dans la création. J’ai décidé de changer de secteur. Je suis devenu photographe publicitaire. Avec le temps, j’ai été frustré de ne pas pouvoir associer du texte à mes images alors je me suis orienté vers le graphic design, j’ai été webdesigner, puis D.A. et actuellement je suis enseignant dans une école d’arts graphiques »

Sylvain est un homme curieux et passionné. « J’adore les montres. J’imagine que c’est en lien avec la mécanique ! J’aime l’objet. Je ne me contente pas de le regarder. Je l’ouvre et je répare dans la mesure de mes compétences. L’horlogerie m’intéresse beaucoup. » Notre papa poule ressent également du plaisir et une émotion particulière en regardant les films de Wong Kar Wai.  «C’est un réalisateur sud coréen à qui l’on doit In the Mood for Love, Les cendres du temps, ou encore Chungking express. J’aime ce réalisateur parce que ses films sont plein d’émotion, de passion. J’apprécie sa manière de filmer et son regard photographique. Les histoires qu’il met en image sont très belles même si les sentiments y sont violents. »

Le respect et la tolérance comme règles de vie

Ce sont les deux valeurs que Sylvain tient à enseigner, à transmettre à ses enfants. Deux règles pour une vie. « Nous vivons dans une époque perturbée où chacun se réfugie derrière ce qu’il peut. Un voile, une bible. Ce formalisme m’ennuie. Je suis athée. Mais je n’oblige pas mes enfants à l’être également. Ma femme est musulmane, sans être pratiquante, de mon côté, je ne suis pas convaincu.  J’explique à mes enfants que tout le monde a le droit de penser ce qu’il veut. Nous devons cohabiter sans nous agresser. Le respect et la tolérance sont des valeurs fondamentales.  J’essaie d’élever les miens, de manière à ce qu’ils soient libres de faire des choix et de faire ce qu’ils aiment. »

Si notre papa poule devait endosser le costume d’un super héros il serait Batman. » J’aime son coté dark. Il défend la veuve et l’orphelin sans super pouvoir. C’est le plus humain des super héros. »
Famille Wafa-portrait sylvain

Des rêves d’avenir ?

« Continuer comme ça. Profiter de ma femme et de mes enfants le plus longtemps possible. Les regarder évoluer, être heureux. Réussir mon cross over avec la pratique de l’horlogerie. Je suis un peu lassé de la com’ ! Réparer des montres, c’est concret ! »

Sweats Papa Poule ou Papa Cool rêvés à Paris et créés au Portugal : 95% coton 5% polyamide, 80€, disponibles en caramel et marine, du S au XXL, en exclusivité sur émoi émoi.

Sweats « We are family » rêvés à Paris et créés au Portugal : 95% coton 5% polyamide, disponibles en gris chiné, 80€ pour l’adulte, 45€ pour l’enfant, en exclusivité sur émoi émoi.

0 commentaires

Laissez un commentaire