On ne s’aime plus. On leur dit quoi ?

Parce qu’on a peur de mal dire et de faire mal, on a posé la question à la psychologue Caroline Khanafer. Pour trouver les mots justes quand tout ça leur paraît injuste.

Ne pas parler au nom du couple parental
Quelque soit l’âge de l’enfant, il est préférable de ne pas dire : « papa et moi, on se rend compte que l’on n’arrive plus à être amoureux » mais plutôt de mentionner les prénoms. C’est le couple qui se sépare et non pas le couple en tant que parents. Pour l’ enfant, la séparation c’est le risque de perdre quelqu’un, de ne plus être aimé. Il est donc bénéfique de tout de suite dissocier l’homme et la femme du papa et de la maman  : « Je reste ta maman, il reste ton papa, nous sommes toujours tes parents. Ca ne changera jamais. »

Le dire ensemble ou séparément ?
Si le couple est en conflit ou si la rancune est très présente, l’annonce ne doit pas être un ring de boxe. Les enfants ne doivent pas être au centre de l’intimité du couple. Mieux vaut échanger avec ses enfants séparément en veillant à ne pas avoir de jugement négatif au sujet de l’autre. Si la séparation a été précédée de disputes dont a été témoin le/les enfant.s, c’est peut-être le moment de dire : « vous avez vu, on s’est beaucoup disputé et ça faisait du mal à tout le monde. On a donc pris la décision de se séparer. »

Mon enfant est en colère
« Comment vous pouvez nous faire ça ? » C’est le genre de phrase que des enfants de 7 ans et plus peuvent dire à l’annonce de la séparation. Leur colère est légitime et vous devez l’accueillir en disant simplement : « Je comprends que tu sois en colère. » L’enfant peut aussi être en colère contre le parent qui selon lui, à tort ou à raison, a commis une infidélité. Tant que l’on a, en tant qu’homme ou femme trompé.e du ressentiment, ce n’est pas le moment de vous expliquer au risque de dire des choses inappropriées.  Il est donc plus judicieux de dire : « Je n’ai pas encore d’explications à te donner mais j’entends ta colère. » Si vous êtes plus serein avec ce sujet, vous pouvez lui dire : « Il y a des choses qui nous regardent nous. C’est notre histoire de couple. Tu as le droit d’être en colère mais je n’ai pas à me justifier. »

Vous allez vous re-aimer ?
C’est le genre de phrase que l’on entend quand la séparation se passe bien et que les rapports entre les parents sont complices et cordiaux. Attention dans ce cas à bien acter la séparation. Certains parents pensent que c’est une très bonne chose de continuer à faire un maximum d’activités ensemble « comme avant ». Bien évidemment, une séparation sereine et de bons rapports sont toujours positifs, en revanche cette situation peut être floue pour les enfants qui « espèrent » un retour à la vie d’avant. Clarifiez les choses en douceur avant qu’ils ne se fassent trop d’idées.

Mais pourquoi vous ne vous aimez plus ?
« Les sentiment amoureux sont partis »…C’est souvent la seule phrase que vous pouvez dire. Et bien souvent, vous n’avez vous-même pas la raison de se « désamour ». Vous pouvez dire : « Je n’ai pas la raison. Mais quoi qu’il en soit, si tu es là c’est qu’il y a eu un désir de t’avoir. » C’est important de repréciser que vous vous êtes aimés et que de cet amour est né un ou plusieurs enfants. Cela conforte l’idée que le couple parental est toujours là. Vous pouvez également dire : « Nous avons encore de l’affection l’un pour l’autre mais il y a quelque chose qui ne nous rend pas heureux et qui parfois nous rend triste. » Ne cherchez pas à tout prix à rassurer votre enfant. Ayez confiance en sa capacité à se remettre de tout cela. Et si vous constatez que votre enfant développe des troubles (sommeil, alimentation, relations sociales), une petite consultation avec un spécialiste peut suffire à désamorcer la situation.

Source : Wanted !

A lire aussi :

Comment parler de la mort et du deuil à ses enfants ?

L’amour flou : Peut-on refaire sa vie sans la défaire ?

0 commentaires

Laissez un commentaire