Parents : leurs rituels pour le coucher des enfants.

Parce que les conseils des pros c’est important mais que l’expérience des parents est toujours bonne à prendre, on a demandé à ceux qui ont trouvé la clé du sommeil de leur mini, de nous souffler deux trois idées. 

Le minuteur
« Pour ne pas que mes filles de 3 et 5 ans ne grignotent trop de temps avant d’aller se coucher, je mets un minuteur à l’heure pile où je veux qu’elles aillent se coucher. L’idée c’est que durant ce laps de temps, elles se sentent libres de faire ce qu’elles veulent – à condition que ce soit calme – mais que la sonnerie les ramène à un cadre qui les rassure aussi. » Juan, papa de Paula, 3 ans et Sarah, 5 ans. 

Les bisous à la chambre
« 
Un bisou aux 3 peluches, un bisou à la poupée, un bisou à la cuisine Ikéa #sisi, un bisou à la lampe champignon, un bisou au coffre à jouets et Mila est prête à aller se coucher. Ca dure 5 minutes. On le fait avec conviction et glisser dans le lit devient à nouveau un plaisir. Mon petit conseil : limiter à 10 bisous grand max sinon ce sera contre-productif ! » Amanda, maman de Coline, 2 ans. 

Ecouter les bruits.
« Avec Raphaël, 2 ans et demi, on s’assied au bord de son petit lit et on écoute les bruits du soir. Certains lui font peur à priori : le parquet des voisins du dessus qui grince, le hibou qui ulule, les scooter qu’on entend dans la rue, le silence aussi… Et les bruits qui le rassurent : son papa qui prépare notre repas, la musique en fond, le voisin du dessous (qu’il adore) dont on distingue la voix de le loin, les aiguilles de son réveil. Plus aucun bruit n’est un mystère. Et ça le rassure tellement… » Mathieu, papa de Raphaël, 2 ans et demi.

Parler du petit déjeuner
Mes enfants de 2 et 4 ans sont des ventres : ils adorent prendre le petit déjeuner. Alors au lieu de chanter une berceuse, une fois dans leur lit, je leur glisse à chacun le menu du lendemain matin. C’est devenu un rituel hyper réconfortant. » Laureen, maman de Sasha 2 ans et Romie, 4 ans. 

Et nous, on fait quoi après ?
« J’ai compris assez tard que ma fille de 3 ans et demi se posait mille questions sur ce que son papa et moi faisions une fois qu’on lui disait « Bonne nuit ». Elle avait le sentiment de louper des choses folles. Alors, chaque soir, au moment de dormir, je lui énonce ce que nous allons manger, ce que l’on fera après (évidemment, on se couche tôt, on lit beaucoup de livres, bref on est sages comme des images.). Et ça marche plutôt bien pour un endormissement serein. » Antoine, papa de Lou, 3 ans et demi.

Le plus tôt est le mieux
« Désormais, je couche mon fils de 18 mois à 19h20 max (au lieu de 20h30-45). Je n’attends pas la grosse fatigue, je le « cueille » juste avant, dans un temps serein, calme, coool. Avant cela, je le préviens : « chéri, on va bientôt aller faire dodo ». Et même s’il dit « non » calmement, je sais qu’il a entendu. Pour planter le décor, on parcourt un petit livre et après avoir changé sa couche, je lui masse quelques minutes les pieds. Il adore. Quand je le mets au lit, il chouine un peu mais rien à voir avec les pleurs et les cris d’avant. Je lui dis toujours la même phrase : « Bonne nuit mon coeur. Tu peux dormir tranquillement, je suis juste à côté. Et si tu te réveilles dans la nuit, tu peux te rendormir tout seul. » Après une période de 15 jours où il me rappelait une à deux fois et où je le rassurais rapidement, il ne dit plus rien. #jecroiselesdoigts » Manon, maman de Jean, 18 mois. 

Les 3 questions « Quand il avait 5 ans, Joseph adorait me poser 3 questions chaque soir, sur l’oreiller juste avant de dormir. N’importe quelle question de son choix, qui allait de la vie quotidienne (qu’est-ce qu’on mange demain ?) à des sujets métaphysiques (on va où quand on meurt ?) en passant par un détail de l’histoire qu’on venait de lire ou n’importe quelle idée loufoque qui lui passe par la tête (tu préfères les bananes ou le vélo ?). Souvent il se concentrait tellement pour chercher ses questions qu’il s’endormait au bout de deux. » Nathalie, maman de Joseph, 6 ans.

La poussette « Bon ce n’est pas vraiment un rituel, mais plutôt un joker, pour Paulin 8 mois qui pleure parfois looongtemps en s’endormant. Un petit tour de poussette de quelques minutes, transfert dans le lit et on récupère un semblant de soirée 🙂 » Nathalie, maman de Paulin, 8 mois. 

 

Photo : Wanted !

0 commentaires

Laissez un commentaire