Les prénoms de la semaine #189

En manque d’inspiration alors que votre bout d’chou pointe son nez dans quelques mois ? Chaque semaine, nous vous proposons une petite sélection de prénoms : classiques, rétro, pointus, fantaisistes, intemporels… il y en a pour tous les goûts. Ils nous ont été inspirés par nos amis, nos it-moms, nos familles et surtout par vous : les voici en exclusivité !

Les prénoms classiques

Gonzague : Ce prénom charismatique serait dérivé d’un nom de famille italien. C’est dans les années 1970 qu’il est le plus donné. Sa singularité plaît à ceux qui le portent avec fierté…

Victoria : Répandu en Grande-Bretagne, ce prénom dérivé de notre frenchy Victoire (désormais relégué à la seconde place en terme de popularité) a été rendu célèbre par la légendaire reine Victoria d’Angleterre. Oh my God, on l’adore.

Les prénoms pointus

Amélien : Un prénom rare à la douceur poétique, empreint de musicalité. On aimait déjà Amélie chez les filles, on trouve à son pendant masculin une touche de féminité qui fait du bien. 

Théa : Il résonne comme le nom d’une déesse. Et pour cause, il puise son origine du grec « theos » qui signifie « Dieu ». On aime sa brièveté et sa sonorité qui affirment un caractère bien trempé !

Les prénoms rétro

Anatole : Ce prénom à la consonance très française trouve en fait son origine en Asie Mineure, anciennement nommée : l’Anatolie. Une fois cela dit, on a tout compris : les Anatole sont forcément surprenants !

Zélie :  Coup de coeur pour ce prénom rare, plein de malice, que l’on attribuerait volontiers à une héroïne de BD. 

 

Les prénoms venus d’ailleurs…

Ilyan : Des racines arabes et hébraïques, un musicalité douce et harmonieuse : ce prénom a tout pour (nous) plaire !

Salma : D’origine arabe, ce prénom semble fait pour voyager à travers des terres presque imaginaires. Apparu dans les années 1960 en France, il reste rare. La sublime actrice mexicano-américaine Salma Hayek a sans doute inspiré nombre de parents. 

 

 

Source : @candaleegrace

 

Source : wanted !

0 commentaires

Laissez un commentaire