Accoucher sous péridurale c’est ringard ?

Accoucher sous péridurale c’est ringard ?

@leplusbelage

C’est la question que je me suis posée au retour d’un dîner de copines à Londres. L’une d’entre nous, enceinte, fraîchement descendue de l’Eurostar, s’était vue posée la question fatidique : Alors où comptes-tu accoucher ? En France ou en Angleterre ?

Les ladies autour de la table s’étaient alors lancées dans la description d’un accouchement made in UK qui ferait pâlir les commandos du GIGN. Expliquant que sans bonne mutuelle, ici, pas question de « péri » ni de maternité 5 étoiles. Au programme : souffrance, 10 par chambre et retour à la maison quelques heures seulement après la délivrance !

Mais, quelle n’a pas été leur surprise, lorsque la future maman annonça très sereinement que tout cela tombait très bien car elle ne comptait pas accoucher sous péridurale. Keep calm and just do it !

Accoucher sans péri, c’est possible et il semble que ce soit devenu tendance.
J’avais auparavant remarqué un groupe Facebook éponyme auquel certaines de mes amies ont adhéré.
Les femmes enceintes sont de plus en plus nombreuses à se laisser séduire par un accouchement sans anesthésie. Vous voulez savoir pourquoi ? Et bien je le leur ai demandé.

– Parce que sans péri une femme est plus actrice de son accouchement que spectatrice.
– Parce qu’on a la maîtrise de son corps. Durant le travail, il est possible de trouver la position la plus adéquate pour supporter au mieux la douleur. On contrôle les contractions, les poussées. Les sensations ne sont pas éteintes.
– Plus de contrôle, donc moins d’épisiotomie, de forceps et autres délicats accessoires.
– Parce que l’accouchement est moins long et plus efficace. La légende raconte que certaines auraient regagné leur chambre debout !
– Parce que c’est naturel et que c’est beau.

Je me suis risquée à évoquer avec elles la tentation de l’héroïsation de l’accouchement. J’ai souffert donc je suis une bonne mère ?

De ces discussions mêlées entre mamans piquées et non piquées sont étonnamment nées des idées de liberté et de modernité.

Nous ne sommes pas égales face à la douleur et aujourd’hui, nous avons le droit de choisir la manière d’accoucher, n’en déplaise à certains obstétriciens.
Pour son cinquième accouchement, ma maman avait réclamé une péridurale qu’elle s’est vue refuser sous prétexte que pour une cinquième naissance, même en siège, c’était superflu. Je me suis toujours demandée pourquoi ce « non » ? De quel droit ?

Accoucher sans péridurale aujourd’hui est un acte ultra moderne. C’est parce qu’une femme a le choix qu’elle se permet d’accoucher sans péridurale. L’anesthésie reste une option, comme un ultime recours.

L’accouchement à la carte, s’il n’est pas une mode, émoinautes, n’est-il pas le luxe ultime ?

3 commentaires

  1. Léna
    , 15h02

    Bonjour, Ton article me parle pas mal. Il est vrai que ces temps ci, on entend beaucoup causer d'accouchement "naturel ", de projets de naissance... Et si, accoucher sans douleur était également un projet de naissance? Et si on respectait sans culpabiliser les unes comme les autres ? Je n'aime pas plus voir une femme forcée de prendre la péridurale que forcée de ne pas la prendre. Je me demande d'où vient cette pression sociale pour un acte aussi intime et singulier qu'une naissance? Personnellement j'ai testé les deux pour des raisons qui me sont personnelles, non pas que je ne veuille pas en parler mais un roman serait nécessaire. Après mon accouchement sans péridurale, on m'a parfois dit "tu es une Warriors", merci mais non, pas plus que celle qui a accouché sous analgésie. C'était mon choix, point barre. Je ne réclame pas de médaille pour autant, ou pas plus que pour mon accouchement sous péridurale. Ps: la légende dit vrai j'étais debout directement après les 2h de surveillance obligatoire en salle d'accouchement

  2. Bénédicte
    , 23h50

    Bonjour, Merci pour ton article. Ma meilleure amie est sage femme en Angleterre et se spécialise dans les accouchements naturels. Je vais accoucher à Paris et ... j'hésite toujours concernant la péridurale. Je me dis qu'un équilibre entre les deux méthodes est possible. L'hôpital que j'ai choisi propose, après la péridurale, de prendre un de ces fameux "bains" pour encore plus se relaxer. La balance est bien équilibrée et cela me parle plus. Je reste heureuse que la méthode naturelle soit de plus en plus acceptée en France et essayée aussi, comme la maison de naissance Comme à la maison. Mais Léna a raison. Nous avons suffisamment de pression pour en plus se rajouter la question de la péridurale. J'allaite, j'allaite pas, je prends la péridurale ou non ... Chacune vit la chose différemment et rien ne devrait avoir avec une question de mode mais plutôt de quelle manière vais-je être rassurée? comment je me sens? Le bien-être est primordial !

  3. sarah
    , 18h09

    Bonjour, Je suis anesthésiste et je travaille en maternité où je "pose" des péridurales à de nombreuses femmes chaque jour. Juste une précision pour les lectrices : De très nombreuses études se sont penchées (depuis les années 80 jusqu'à aujourd'hui) sur l'influence de la péridurale sur la durée du travail et le recours à des instruments pour extraction (forceps, épisiotomie etc..). Avec les doses de produit utilisé à l'heure actuelle il n' y a : - pas d'allongement du temps de travail avec ou sans péri = c'est pareil, si ça doit allez vite ça va vite, si ça va lentement, ça va lentement... la nature décide toujours! - pas plus de recours à des instruments pour l'extraction et pas plus d'épisiotomie : cela dépend de la position de votre bébé, sa tolérance lors des efforts d'expulsion (son rythme cardiaque), l'anatomie de votre bassin et de votre filière génitale et également de l'obstétricien qui s'occupe de vous (ses habitudes de pratiques, s'il juge ou non qu'il faut recourir à tel ou tel technique pour facilité la sortie du bébé ...) La péridurale permet de sentir ses contractions, de continuer à bouger dans le lit, d'effectuer les efforts de pousser etc... sans ressentir les fortes douleurs des contractions (inhibition des petites fibres sensitives responsablent de la nociception = douleur). On peut également être debout dans sa chambre 2 heures après l'accouchement! En france, 80 % des femmes accouchent avec une péridurale ce qui est énorme! Dans beaucoup de pays, les femmes accouchent majoritairement sans. Ce n'est pas qu'une question de "prix", au contraire, elles sont souvent mieux accompagnées (sage femme dédiée). La majorité des femmes, qu'elles accouchent avec ou sans péridurale se disent satisfaites de leur accouchement et c'est bien là le principal! En BREF il n'y a aucune règle, pas de bonne ou de mauvaise solution : vous avez le choix ! PS : n'oublions pas que la médicalisation de cette période de la vie, bien que peu glamour, n'est pas arrivée par hasard : être à proximité ou dans une maternité avec des médecins sauve chaque année la vie de centaines de femme en France!

Laissez un commentaire