Méditer avec ses enfants : c’est le moment !

 

On vous en parle depuis quelques années, dans les médias, à l’école, dans les livres qui fleurissent sur le sujet. Car la méditation de pleine conscience a le pouvoir de recentrer vos enfants pour les aider à se concentrer, à s’apaiser, à vivre le moment présent,à aller chercher au fond d’eux-même avec beaucoup de naturel, encore plus de créativité et de ressources pour avancer dans la joie et la sérénité. A une période où les émotions sont bouleversées, où les questions de nos enfants ne sont pas toujours formulées et où les repères sont bousculés, on partage avec vous quelques pistes pour les initier à vos côtés à la méditation de pleine conscience. On adore l’approche de Jeanne Siaud-Facchin qui distille dans son livre « Tout est là, juste là, Méditation de pleine conscience pour les enfants et les ados aussi (Odile Jacob). De quoi nous inspirer 4 exercices à mettre en place très facilement.

Ta météo intérieure

Objectif : Prendre la température de ses émotions (pas toujours visibles), partir sur de bonnes bases, gérer les colères. 

On évoque fréquemment la météo avec nos enfants, la pluie, le soleil qui chauffe, le vent qui souffle …Ils sont, très tôt, familiers avec ce lexique. Des points de repères parfaits pour appliquer ces sensations à leurs pensées, leurs émotions, leur état d’esprit à l’instant T : « Quel temps fait-il à l’intérieur de toi ? « . C’est le premier pas vers l’instant présent, le recentrage, la prise de conscience de ce qui se passe dans sa tête, là, maintenant. « Est-ce qu’il pleut ? Est-ce que le soleil brille fort ? Est-ce que le vent souffle ? Est-ce qu’il neige ? ». Encouragez-le puis laissez-lui le temps de formuler.

 

La respiration comme une ancre

Objectif : S’apaiser, apprendre à respirer, se concentrer sur ses émotions, déconnecter, plonger dans son corps. 

Votre enfant est assis sur une chaise, bien installé, les yeux fermés. Demandez-lui d’observer tout ce qui se passe à l’intérieur de lui : est-ce que c’est calme comme un lac ? Ou très agité comme une grosse tempête ? Ou plein de bruits de casseroles ? Ou autre chose ?  Proposez-lui de « fermer chaque volet » de sa maison intérieure et de visiter les pièces une à une. Puis, de se concentrer sur sa respiration en posant une main sur son ventre pour ressentir les vagues de son souffle. 

 

La petite fourmi

Objectif : le centrer sur ses sensations corporelles, prendre conscience de son corps, l’aider à se concentrer, passer un doux moment ensemble.

Votre enfant est allongé, les yeux fermés. Racontez-lui la promenade d’une petite fourmi sur son corps, du bout de ses orteils au sommet de son crâne. Votre description détaillée de l’ascension de la fourmi qui se faufile entre les poils des jambes, chatouille la peau lisse des son avant-bras, glisse sur le menton et se fait surprendre par le souffle des narines. 

 

L’arbre

Objectif : Se réaligner, se redresser, se sentir plus fort, faire une pause et ressortir plus confiant. 

Votre enfant est debout, les yeux clos, les pieds parallèles qui s’enfoncent dans le sol, très loin. Comme des racines qui s’ancrent très profondément dans la terre. Votre enfant ainsi solidement attaché, est imperturbable. Lentement, il relève les bras au dessus de la tête et s’étire très fort, très loin, comme si ses bras étaient les branches de cet arbre et tentaient d’attraper le soleil. Alors, demandez-lui de ressentir tout ce qu’il se passe dans son corps, du bout de ses doigts tout là haut dans le ciel, jusqu’au bout de ses pieds tout au fond dans la terre.

Photo : @asundaymorningperrine

0 commentaires

Laissez un commentaire