Diversité, écologie, homoparentalité : les livres pour leur en parler

On aimerait pouvoir répondre à toutes leurs questions, leur parler simplement de sujets complexes. Les aider à comprendre les émotions qui les traversent, à s’aimer, à grandir. Mais parfois, les mots ne viennent pas. Pour les trouver, on prend la direction de la librairie la plus proche et on repart avec ces quelques titres, à lire en famille dès ce soir.

L’homoparentalité 

Au rayon livres jeunesse aussi, la réalité peut dépasser la fiction. L’histoire de Tango, racontée et illustrée par Béatrice Boutignon, le prouve. Au zoo de Central Park, à la fin des années 90, deux pingouins mâles nommés Roy et Silo ont couvé un œuf abandonné jusqu’à son éclosion. Une petite Tango est née et a grandi auprès de ses deux papas. Ce phénomène, observé dans plusieurs zoos à travers le monde, permet d’aborder l’homosexualité et l’homoparentalité avec poésie et justesse. Les mots et les images choisis par l’auteure rappellent qu’il est avant tout question d’amour, et portent un message de tolérance qui touchera aussi les petits lecteurs.

Tango a deux papas, et pourquoi pas ? de Béatrice Boutignon – À partir de 3 ans

 

L’écologie

Sur la banquise, Ours est le roi. Personne ne vient contester son règne sur ces grandes étendues de glace, d’où sont chassés tous ceux qui tentent d’y poser la patte. Mais le royaume d’Ours, « sa banquise », disparaît peu à peu. Elle fond sans s’arrêter. Dans ce livre, ce sont en effet les images qui font passer le message. L’eau monte sur les pages, Ours apparaît de plus en plus petit face à l’océan, et plus fragile aussi. Où va-t-il vivre sans banquise, et sera-t-il toujours le roi sur son nouveau territoire ? Ce livre expose ses lecteurs aux conséquences du réchauffement climatique et donne très, très envie d’agir pour la planète.

À moi ! de Marine Rivoal – À partir de 4 ans

 

Le genre

Olga, Ana et Sophie ont trouvé de jolies robes et décident d’organiser un concours de beauté. Gabriel et le Chat, leurs amis, veulent aussi y participer. Les filles acceptent à une condition : choisir ce qu’être beau veut dire. Ce sera donc des étoiles, des petites couettes et une palette allant du rose au violet. Les candidats sont prêts, il faut maintenant trouver les juges. Justement, qu’en pensent les fourmis de passage ? On n’en dira pas plus, si ce n’est que les 5 amis seront surpris de leur réponse. Et qu’Ilya Green interroge avec finesse les stéréotypes de genre, les normes sociales, et tout ce qui empêche de choisir soi-même ce qu’être beau veut dire.

La dictature des petites couettes d’Ilya Green – À partir de 5 ans

 

La maladie et la mort

Ce récit très émouvant est celui d’Annabelle. Simon, son amoureux, ne peut plus venir à l’école. La maîtresse lui explique qu’il est atteint d’une leucémie et qu’il sera absent longtemps. Agnès Ledig raconte le manque ressenti par la petite fille et sa tristesse lorsqu’elle apprend qu’elle ne peut pas aller le voir à l’hôpital, où les visites sont interdites aux enfants. Ce livre est un outil précieux pour parler en famille de la maladie et de la mort d’un être cher. L’auteure a également souhaité aider les enfants concernés par le deuil à apprivoiser leur chagrin avec un geste symbolique – les mots doux écrits par Annabelle à Simon – pour les accompagner pendant cette épreuve.

Le cimetière des mots doux d’Agnès Ledig – À partir de 5 ans

 

La diversité

« Ses habits étaient blancs et ses cheveux, semblables à un million de papillons noirs ». L’histoire d’Adé est née de cette phrase signée Toni Morrison dans Délivrances. Cette petite fille à la peau noire et aux cheveux crépus, souffre des moqueries de ses camarades de classe. Heureusement, sa maman et ses tantes ne manquent pas d’idées pour l’aider à accepter ce qui fait justement sa beauté. Plus que sa propre histoire, Laura Nsafou raconte celle de nombreux enfants harcelés à l’école à cause de leur couleur de peau, leurs cheveux, leurs traits. Un très bel ouvrage sur l’estime de soi, et une page de plus vers une juste représentation des enfants noirs dans la littérature jeunesse.

Comme un million de papillons noirs de Laura Nsafou et Barbara Brun – À partir de 5 ans

0 commentaires

Laissez un commentaire