Le prénom que l’on n’a pas osé donner

 

Aaaah chercher un prénom pendant la grossesse, c’est toute une aventure. Et avant de trouver le bon, il y a celui qui nous trotte dans la tête mais qui passe soudainement à la trappe parce que … 

Sacha : Avec 5 « s » et 2 « ch », la combinaison de ce prénom avec notre nom de famille ne laissait pas de place à un « chochotement » ou autres cheveux sur la langue chez notre futur enfant. C’était la peur bleue de mon mec : Et si elle ne pouvait pas prononcer son nom ? On a donc laissé de côté cette option. Aujourd’hui, Noée a 6 ans et une prononciation aux petits oignons 😉

Carla : Je rêvais de donner ce prénom depuis que je rêvais d’avoir un enfant. Quand j’ai appris que c’était le prénom de l’ex copine de l’homme de ma vie, bizarrement je l’ai vu différemment. Jusqu’à me dire que non, je ne pouvais pas. Et le prénom Carla s’est transformé en Chiara. Merci papa pour les origines italiennes !

Prune : Dans ce prénom, je voyais tout : son futur caractère, son évidente malice, son tempérament, ses yeux pétillants…Mais au 6ème mois de grossesse, un ami est venu dîner à la maison. Sans savoir que nous pensions à ce prénom, il s’est mis à faire des jeux de mots très inventifs (et légèrement tordus) qui ont de suite exclu cette option de ma liste. 

Joseph : « Comme Staline ? ». Une réponse spontanée de ma collègue qui a eu son petit effet, puisque mon fils s’appelle Mathis. 

Thelma : Petit conseil : j’ai écris les idées de prénoms accolées au nom de famille. Et j’ai pu constater que la fin de ce prénom était le début de son nom. Une combinaison un poil répétitive donc.  

Pío : …Et bah non ! Parce que Pío était aussi secrètement dans la tête de ma BFF qui a accouché 15 jours avant moi. Allez hop ! Changement de programme. Et comme je crois fort au destin, je me suis dit que tout ça avait un sens. Pío et Nino, ça colle bien aussi non ?

Jasminéa, Lumina, Taomine, … Quand j’étais enceinte, j’avais une folle envie de créativité. Je me suis donc lancée le challenge d’inventer le futur prénom de ma fille. Evidemment, mon compagnon n’osait pas m’arrêter dans mon délire #hormones. Et puis grand moment de lucidité le jour J où j’ai dit à mon mari : « Elle a une tête à s’appeler Juliette non ? ». Et soudainement, Juliette sonnait comme le prénom le plus unique au monde. 

Brune. Parce que je suis blonde et que le papa est châtain. Et que s’est posée un moment donné la question clé : Et si Brune était blonde comme les blés ?

 

Photo : @loveon.asunday

 

 

0 commentaires

Laissez un commentaire