Permettez-moi de vous présenter votre périnée !

périnée
@Bree Hannemann

Votre périnée, une partie de votre corps que vous ne connaissez pas vraiment, il faut l’avouer. C’est une terre étrangère que vous localisez non sans difficulté sur votre planisphère corporel.
Elle fait partie de vous mais vous ne savez ni à quoi elle ressemble, ni à quoi elle sert. Aujourd’hui, tout le monde vous en parle que vous soyez enceinte, jeune ou ancienne accouchée.
Muscler son périnée est un terme aride pour vous ?

Pas de panique, nous avons posé des questions décomplexées à Sixtine, sage femme et maman cool de Marcel 2 ans. Vous saurez tout sur votre périnée.

Tout d’abord, c’est périné ou périnée ?
PérinéE ! Et oui le périnée est une nana ! Mais les garçons en ont un aussi.

C’est quoi ? Et où puis-je le trouver le localiser ?
« Déjà il faut savoir que l’être humain n’a que deux grands muscles horizontaux, le diaphragme (en coupole sous nos poumons) et le périnée, qui lui, est plutôt en hamac sous nos organes et notre utérus/vessie. Cet hamac est composé de plusieurs muscles qui se croisent et s’attachent dans notre bassin. Pour le localiser c’est plutôt simple c’est tout ce qui est sous notre culotte ! De l’avant vers l’arrière (pubis jusqu’à l’anus.)

On a toutes le même ?
Ce qui est sûr c’est qu’on en a tous un, garçon et fille ! Sauf que, pour nous, les filles, il s’ouvre pour laisser place au vagin évidemment ! Après, ils sont différents selon l’âge, le nombre de grossesses et les enfants eus. C’est la tonicité qui peut varier. Une femme sportive, qui fait de l’équitation par exemple, peut avoir un périnée plus « tonique ».

Il évolue avec le temps ? Jeune fille / Premières relation sexuelles / Grossesse / Accouchement / Vieillesse ?
Et oui, le périnée est un organe qui a lui aussi sa croissance. Celui d’un bébé n’a rien à voir avec celui d’une grand-mère.
Souvent et contre toute attente, ce n’est pas l’accouchement qui entraine des modifications du périnée mais les grossesses.
L’utérus a en effet la taille de notre paume de main lorsqu’il n’y a pas de grossesse, en revanche lorsqu’il est habité il multiplie son volume jusqu’à mesurer 33 centimètres de hauteur !
C’est ce volume, la pression qu’il exerce sur les autres organes et le poids qui pèse sur le périnée. Cette lourdeur affaiblit le muscle et peut entraîner des incontinences. Donc, même après une césarienne de la rééducation n’est pas inutile !
Au moment de l’accouchement le périnée est très souple, il s’étire énormément pour laisser passer la tête du bébé, et souvent les femmes ont l’impression d’être « ouvertes en bas ».
Pas de panique ! Lors d’une grossesse tout est plus souple.
Quand les hormones s’en vont on retrouve une tonicité de base. En vieillissant, le périnée peut être plus fatigué et des petits désagréments peuvent pointer leur nez : lubrification diminuée, atrophie des organes génitaux externes et quelquefois incontinences. Toujours en lien avec cette fameuse tonicité qui diminue.

Les signes qui me montrent que mon périnée est naze ?
Si lors d’un grand éclat de rire on a du mal à se retenir de faire pipi ou lorsque l’on porte quelque chose de lourd on sent des fuites, il faut s’alerter.
Mais il ne faut pas oublier aussi l’incontinence aux gaz ou aux selles, plus rare mais qui montrent des signes de fatigue périnéale.
Quelquefois, après avoir nagé longtemps on peut aussi avoir l’impression de relâcher de l’eau, c’est l’effet canadair ! La cavité est moins « virtuelle » et peut faire effet ventouse.

Comment je dois le bichonner ?
En pensant toujours au fait que périnee et diaphragme fonctionnent ensemble. Quand on expire (c’est à dire qu’on souffle) le diaphragme remonte vers nos poumons pour les vider et fait effet ventouse pour le périnee, c’est à dire qu’il le remonte vers les viscères. Du coup au quotidien bien souffler sur l’effort protège le périnée. Un exemple concret : si vous soulevez un sac lourd, soufflez ! La pression sur le périnée diminuera, il vous en sera reconnaissant.

S’il est endommagé je peux le réparer ? Et comment ?
Oui il est possible de récupérer une bonne tonicité pour son périnée. Les sages-femmes et kinésithérapeutes sont formés pour ça. Différents exercices sont employés pour bien le visualiser, on propose également de travailler avec des sondes qui peuvent guider les zones à tonifier.

Tu penses quoi des boules de geisha pour la rééducation ?
Certaines collègues les ont testées et elles approuvent. Leur conseils : ne pas les porter trop longtemps. Par exemple, je vais acheter du pain je les mets, je reviens, je les enlève. Le tout est de le faire régulièrement. Les boules de geishas les ont aidées à sentir certaines zones plus profondes et timides.

Et les massages et l’huile pour le périnée ça se passe comment ?
C’est bien, surtout après un accouchement ! Les massages favorisent la circulation et donc la cicatrisation. Les huiles, si elles sont applicables sur les muqueuses, sont utilisables pour le périnée. Il en existe plusieurs, il suffit de quelques gouttes que vous pouvez appliquer en massage, sous la douche par exemple. Si on a déjà accouché, on a souvent des zones douloureuses au niveau de la fourchette (la petite zone entre l’anus et l’entrée du vagin) le fait de masser régulièrement cette zone fait circuler les petits vaisseaux et assouplit les tissus qui peuvent se fibroser suite à une mauvaise cicatrisation.

Bon périnée = bon orgasme ?
Et non pas forcément ! L’orgasme vient de cette fameuse hormone du bien être, l’ocytocine. En revanche un périnée mieux connu et bien maîtrisé peut participer à libérer plus rapidement cette hormone ! La priorité dans l’orgasme c’est le bien être 🙌. Mais c’est vrai qu’une meilleure connaissance de cette zone inconnue est un plus!

3 tips faciles pour un périnée en béton armé ?
On souffle : on serre en bas de l’arrière vers l’avant (comme si on retenait un gaz puis de faire pipi) et on tient 3 secondes et on relâche. On le fait 5 fois, que l’on soit assise, debout, couchée, dans la voiture ou à la caisse d’un magasin, qu’importe !
Si on tousse ou on éternue : on serre le périnée comme ci dessus avant. On dit qu’on le verrouille.
On va porter une chose lourde : on plie les genoux, on verrouille le périnée, il n’y a plus qu’à porter.

Une anecdote ?
Une sage-femme m’avait dit à ma propre rééducation périnéale que lorsqu’elle était énervée au volant elle s’imaginait faire un bras d’honneur avec son périnée ! Cela peut paraître dingue mais j’avoue que depuis, je le fais !

0 commentaires

Laissez un commentaire