Ton job ou ton bébé ?

Elisa de Et Dieu Créa

Vous savez émoinautes qu’ici, on affectionne les mamans. Toutes les mamans : les futures, les jeunes, les expérimentées, les stars ou les anonymes. Et nous avons la chance de suivre le quotidien de certaines d’entre elles grâce à leur blog.

Il y a quelques semaines, en lisant le billet d’Elisa, que vous connaissez sûrement déjà, j’ai ressenti une vague d’émotions mêlées. De l’étonnement, de la stupeur, mais étrangement pas de colère, juste du fatalisme.

Elle racontait comment, en 2014, pendant son congé maternité, elle a été gentiment remerciée de son poste et enfermée dans un beau placard. Son job, on l’a donné à une autre pour un salaire inférieur.

Elle s’étonne qu’aujourd’hui encore, une femme devenue mère soit mise à l’écart du monde du travail. Je vous invite à lire son article.


Eve de Minireyve

Coïncidence amusante, dans le Elle de cette semaine, l’historienne Yvonne Knibiehler raconte dans un entretien, qu’elle milite pour dépénaliser la maternité.

Cette vénérable femme de 92 ans, explique que le combat féministe que nous devons toutes mener aujourd’hui est celui là : une femme doit pouvoir mettre au monde des enfants et s’en occuper sans sacrifier sa carrière.

Elle affirme, et à juste titre, que les mères qui s’occupent de leur enfant, perdent en salaire, en avancement, en droit à la retraite. Qu’elles sont sans cesse culpabilisées.

Yvonne Knibiehler dénonce l’attitude de Rachida Dati assistant, vous vous en rappelez,  à un conseil des ministres dans un « tailleur cintré quatre jours après une césarienne. » La grossesse est bien vécue comme une charge dont on doit se débarrasser au plus vite.

Mais alors pourquoi ? Selon elle : « Le travail a été organisé au XIXème siècle pour des hommes exonérés de charges domestiques. (…) S’occuper des enfants, c’est du temps perdu. »

Quelles sont ses solutions ? (Je suis un peu déçue à la lecture de sa réponse !)  « Les solutions sont à inventer. »

Voilà où nous en sommes émoinautes. On énonce et dénonce un problème mais personne ne propose de solution. Quelle est la parade ? Bosser dans une banque ? Monter sa boîte ?

Pendant combien d’années ou de décennies encore devrons-nous toujours nous poser cette question ? Mon job ou mon gosse ?


Camille de Ritalechat

Emoinautes si vous en avez envie, vous pouvez soutenir la cause sur Instagram en postant une photo de vous façon #wecandoit comme Ritalechat, Meyeve, et Je suis une vraie maman.


Virginie de Je suis une vraie maman

4 commentaires

  1. Marie
    , 22h32

    Bonjour, La réflexion est intéressante. En ce qui concerne Rachida Dati je ne comprends pas pourquoi les gens s'offusquent. Quand on est ministre on ne peut pas s'absenter 4 mois et on ne peut pas se présenter à un conseil des ministres habillée n'importe comment.Il y a des postes qui ne sont pas compatibles avec un congés maternité, disons le franchement. A une autre échelle, avez vous déjà vu une coiffeuse installée à son compte prendre 4 mois de congés maternité? Une orthophoniste me confiait récemment qu'à chacune de ses grossesse il lui a fallut 18 mois pour s'en remettre financièrement. Je suis aussi en libérale et je n'ai pas pu prendre tout mon congés maternité. La sécu prend en charge le salaire mais il fallait payer le loyer de mon local, mon assistante, l'URSSAF....J'ai beaucoup de conçurent et mes clients n'auraient pas compris si j'avais baissé le rideau 4 mois. J'avais le choix entre mettre la clé sous la porte ou écourter mon congés maternité. Je regrette profondément de ne pas avoir profité pleinement de mes filles après leur naissance mais je n'avais pas le choix. Cela me brise le cœur lorsque je repense à cette période. Rachida Dati aurait certainement préfère s'occuper de sa fille plutôt que d'assister à un conseil des ministres, vous ne croyez pas? Le refrain qui revient régulièrement sur le congés maternité c'est qu'il est normal d'avoir 16 semaines de congés. Ce n'est pas normal, c'est une chance. Certaine ne l'ont pas et beaucoup en abuse. Je ne connaît qu'une seule personne ne travaillant pas à son compte qui ne se soit pas fait arrêter avant son congés maternité. Même les 15 jours pathologiques sont devenus une évidence. Pendant combien de temps devrons nous nous poser cette question : mon job ou mon gosse? Vous proposer comme solution de monter sa boîte? C'est à mon sens la dernière chose a faire. J'espère ne pas vous avoir choqué, je ne cherche pas a être moralisatrice, je souhaite juste vous parler de ce que j'ai vécu et pourquoi j'ai fait ces choix.

  2. Emilie
    , 14h37

    Si je peux me permettre de répondre à Marie, il y a quand même un juste milieu entre 4 jours et 4 mois ! L'attitude de Rachida Dati a été choquante oui, parce qu'étant ministre elle avait aussi la responsabilité de l'image qu'elle renvoyait en tant que femme, en tant que mère. Et se présenter 4 jours après un accouchement en tailleur Dior pour une réunion de ministres ne renvoie pas à la réalité de ce que les femmes vivent après avoir accouché.

  3. Marie
    , 20h50

    Emilie, L'image que Rachida Dati a renvoyé vous a choqué parce qu'elle ne renvoie pas a la réalité de ce que la plupart des femmes vivent après un accouchement? Elle renvoie cependant la réalité de ce que vivent une minorité de jeune maman. Et cette minorité est bien souvent oublié.

  4. Nathalie - émoi émoi
    , 10h25

    @Marie : Merci de nous avoir partagé votre témoignage qui montre une autre réalité trop rarement évoquée ! Elle résonne particulièrement pour moi cette semaine, première de mon congé maternité "officiel", mais qui ressemble pour l'instant à toutes les précédentes... En effet, créer son entreprise n'est pas vraiment synonyme de tranquilité quand on attend un enfant ! Mais en étant entrepreneur, on a tout de même le choix de décider quand on veut ralentir le rythme (dans la mesure du possible), d'aménager ses horaires ou de pouvoir travailler de chez soi (dans certains cas) sans craindre de perdre sa place brutalement. C'est une autre réalité qu'on dénonce dans cet article : le fait de se retrouver "au placard" de manière subie, quand on a pris normalement ses congés (alors que le congé maternité est supporté financièrement par l'Etat et non par l'entreprise). Et 16 semaines reste relativement court, en comparaison avec les autres pays...

Laissez un commentaire