Tout tout tout pour soulager les maux d’hiver de votre bébé.

Photo : @thesaltwatercure

Il en est à sa 12ème rhinopharyngites, multiplie les otites et n’est pas loin de faire une bronchiolite ? On vous soutient à 1000% dans cette période d’immunité qui entrecoupe vos nuits et nourrit vos inquiétudes naturelles. #couragecourage. Et surtout, on a recueilli auprès de Laura, Naturopathe et Docteur en pharmacie, maman de deux jeunes enfants et fondatrice de @mybabypharm, toutes les clés pour aider votre bébé à traverser l’hiver le plus sereinement possible.  

Qu’est-ce qu’une rhinopharyngite ? Comment en reconnaître les signes ?

Il s’agit d’une infection virale qui se manifeste par des écoulements nasaux ou par un nez bouché, pas ou peu de fièvre qui ne dure pas plus de 3 jours, des douleurs à la gorge, un enfant qui est irritable. La rhinopharyngite est la plus fréquente des infestions virales, elle est considérée comme bégnine et je dirais même qu’elle est une étape nécessaire pour le développement des défenses immunitaires de votre enfant.  Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison qu’il existe plus de 200 virus pouvant engendrer une rhinopharyngite, plus l’enfant les aura rencontrés, plus il aura enregistré des anticorps qui aideront à combattre le virus lorsque celui-ci se représentera. L’enfant ne sera donc pas malade ou alors très légèrement. 

Comment faire pour soulager la rhinopharyngite de mon enfant ? 

Les symptômes de la rhinopharyngite peuvent mettre plusieurs semaines à disparaître totalement chez l’enfant. L’objectif principal est d’appliquer des soins quotidiens afin qu’elle ne se transforme pas en pathologie plus lourde telle que la bronchiolite, l’otite ou encore la sinusite. Les tout-petits de moins de 5 mois ne respirent que par le nez, vous comprenez donc la complexité lorsque celui-ci est encombré.


Voici ce que l’on peut mettre en place :

Le sérum physiologique sera votre meilleur ami. 
Bébé ne sait évidemment pas se moucher, il faut donc l’aider à évacuer toutes ces sécrétions qui sont encore dans la sphère ORL haute, afin d’éviter une évolution bronchique et l’apparition d’une toux. Le lavage sera à faire avant chaque repas, et avant la sieste ou la nuit. 

Il faut fractionner les repas.
L’encombrement peut gêner bébé pour manger. Il peut aussi, tout comme les adultes, avoir une perte d’appétit. On ne s’inquiète pas, il faut penser à fractionner les repas, prendre le temps de lui donner les biberons et surtout penser à bien l’hydrater. Je vous conseille de tenir un petit cahier afin de calculer les quantités de lait que votre enfant à pris dans la journée. 

Pensez à humidifier l’air de la chambre.
En hiver, les radiateurs ont tendance à être à fond et sèchent l’air ambiant. La chambre de votre enfant doit être à une température aux alentours de 20°C et avoir un taux d’humidité suffisant. Cela permettra à l’enfant de mieux respirer. Vous pouvez investir dans un humidificateur d’air, cela aidera fortement bébé. Vous verrez une nette amélioration de la respiration pendant la nuit.  

Surveillez la fièvre. 
On parle de fièvre quand la température atteint 38,5°C. La fièvre est un réflexe naturel du corps, il combat un virus, il ne faut donc pas essayer de baisser la fièvre lorsque celle-ci est modérée. Il faut cependant bien surveiller la fièvre surtout le soir et la nuit, elle a tendance à remonter. Ne couvrez pas trop l’enfant, ce qui permettra au corps d’autoréguler sa température interne. 

Toute fièvre de plus de 38,5°C durant plus de 48h est une cause d’auscultation médicale.  Un bébé de moins de 6 mois ayant 38°C de fièvre doit être vu par un médecin dans les plus brefs délais. 

Inclinez le lit.
Il est possible de surélever le lit de bébé sous la tête afin de facilité la respiration de bébé. 

Assainir et aérer la pièce quotidiennement.
Été comme hiver, il faut aérer les pièces de vie au moins 10 minutes par jour avec les fenêtres grandes ouvertes. Vous pouvez aussi diffuser des huiles essentielles en l’absence de l’enfant dans la chambre et attendre 30 minutes avant de le remettre. L’huile essentielle de Citron, de Tea tree ou encore de Ravinstara, qui est un puissant antiviral, vont permettre d’assainir et de désinfecter la pièce. 

Comment faire un bon lavage de nez ? 
LA question ! oui faire un lavage de nez à votre bébé n’est pas une partie de plaisir, et c’est surtout avec une immense appréhension que vous l’abordez. La première des choses est de communiquer avec votre bébé, parlez lui, expliquez-lui ce que vous vous apprêtez à faire et les bienfaits que cela va lui apporter. Le lavage de nez est très redouté par les parents mais s’il est bien réalisé il n’y aucune gêne pour bébé. 

Pour parler plus technique voici les étapes : 

  • Prenez un coton et formez une mèche imbibée de sérum physiologique (une pour chaque narine). 
  • Introduisez délicatement la mèche dans la narine, on tourne légèrement pour bien en détacher toutes les mucosités.
  • Avec du sérum physiologique en dosette à introduire directement dans les narines (une dosette pour chaque narine). 
  • Pour cela, installez d’abord bébé totalement sur le côté ou sur le dos et tournez sa tête sur le côté. 
  • Instillez en douceur et en deux temps la dose.
  • Gardez la tête de bébé sur le côté ce qui permettra de faire sortir les sécrétions lors de l’expiration. 
  • Une fois le nez lavé au sérum physiologique, essuyez la base du nez à l’aide d’un mouchoir, puis redressez le contre vous. 

Si rien n’est sorti de l’autre côté, il y a deux possibilités. Soit bébé est trop encombré, les sécrétions sont opaques et ne laissent pas passer le sérum physiologique, soit c’est raté. Quoi qu’il en soit, bébé va avaler le contenu. Si bébé se débat beaucoup trop alors il est possible de lui proposer un spray nasal. Vous pouvez le faire sous forme de jeu, en rigolant, le faire sur vous puis sur lui. Cela sera certes moins efficace qu’un vrai lavage de nez, mais tout de même indispensable. 


L’oignon coupé sous le lit, ça fonctionne ? 
C’est un vieux remède de grand-mère que l’on conseille quand bébé est encombré et oui, cela fonctionne ! On va penser à mettre un oignon coupé en deux sous le lit de bébé (ou de l’adulte, ça fonctionne tout aussi bien) lorsqu’il y a la présence de toux et d’encombrements pouvant perturber le sommeil. L’oignon, une fois coupé, libère des composés sulfurés qui ont des propriétés anti-inflammatoires et anti-infectieux. De plus, il va pouvoir favoriser les écoulements, et l’expectoration. 

Quelques conseils pour soutenir l’immunité de mon bébé :
Dès la naissance, le nouveau-né possède les anticorps de la maman, elle sera prolongée grâce à l’allaitement. Avant de passer aux conseils pour booster l’immunité, je souhaite rappeler que nous naissons tous avec une immunité innée héritée de nos parents, et nous développons une immunité dite « acquise » avec tout ce que nous rencontrons dans notre vie. L’immunité devient quasiment mature vers l’âge de 6 ans. On dit qu’il faut 100 rhinopharyngites à 6 ans pour faire son immunité. 

Il existe 5 piliers pour une santé naturelle et le déséquilibre de l’un d’entre eux peut entrainer une fragilité :

  • Une alimentation équilibrée 
  • Un sommeil réparateur
  • Une activité sportive 
  • La gestion des émotions
  • La qualité des produits cosmétiques

 

Voici quelques conseils de base pour soutenir l’immunité de bébé :

  • La vitamine D.

On lui attribue principalement ses bienfaits pour la croissance, mais on n’oublie de parler de l’importance qu’a la vitamine D dans le développement des défenses immunitaires surtout en période hivernale. Jusqu’à ses 18 mois, la vitamine D doit être donnée quotidiennement. 

Le microbiote, aussi appelé la flore intestinale, renferme près de 80% des cellules immunitaires. Elle se développe tout au long de ses trois premières années de vie de bébé. Ce sont donc des années importantes, il faut donc penser à proposer des probiotiques. Si bébé rencontre des difficultés de digestion, a été malade ou est souvent malade, après une gastro-entérite ou une prise d’antibiotique, cela doit être proposé systématiquement, sinon je conseille une cure à chaque saison. 

  • La phytothérapie. 

Certaines plantes ont des vertus très intéressantes pour soutenir l’immunité. Associées entre elles, elles créent une synergie qui permet de soutenir l’immunité, la booster mais aussi prévenir et apaiser les maux d’hiver. J’ai composé l’infusion « Mes défenses » qui est une vraie potion magique et très agréable en goût. 

Votre indispensable de l’hiver. Elle est immunostimulante, un anti viral et antibactérien puissant. C’est votre allié de l’hiver. Cependant, comme toutes les huiles il faut les manier avec précautions.

  • Une cure de vitamine. 

A l’entrée de l’hiver vous pouvez faire une cure multivitaminée à votre enfant. C’est conseillé à partir de la diversification alimentaire. La cure dure environ 1 mois en complément d’une alimentation variée et équilibrée. 

Cet article vous a plu ? 
On ne peut que vous conseiller les box Mybabypharm imaginées par Laura qui proposent une sélection de produits de soins et de toilettes bio et naturels pour bébé sur des thèmes précis et adaptés à l’âge de l’enfant, sans oublier un produit maman pour continuer à prendre soin de vous. 

Publié le Ecrit par Tifenn